Les orthèses endo-buccales représentent une alternative au traitement de référence du syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAOS), la pression positive continue par masque nasal (PPC).

Ce sont pour la plupart des dispositifs qui positionnent en avant la mâchoire inférieure ou mandibule.
L’incidence de cette avancée mandibulaire est double:

Premièrement, elle produit une avancée de la langue, empêchant alors la base de langue de faire obstacle au passage de l’air ;

deuxièmement, elle remet en tension l’ensemble des parois du pharynx qui chez les sujets prédisposés aux apnées ou au ronflement, ont tendance à vibrer et à se collaber, diminuant alors ou obstruant complètement le passage de l’air.

L’efficacité sur le ronflement est réelle environ neuf fois sur dix.

Pour le SAOS, on peut considérer que près de deux malades sur trois répondent très favorablement au traitement.
Pour le tiers restant, la réponse est insuffisante pour faire de l’orthèse un traitement de substitution à la PPC d’usage permanent.

Le port des orthèses d’avancement mandibulaire peut générer des sensibilités dentaires ou gingivales, des troubles de la salivation, et des tensions douloureuses au niveau des articulations ou des muscles de la mâchoire.

Ces troubles contre-indiquent rarement la poursuite du traitement et dépendent grandement des conditions de mise en œuvre. La Haute autorité de santé (HAS) précise que l’orthèse doit être prescrite, comme la PPC, par un spécialiste du sommeil. Elle doit être réalisée par un praticien ayant des compétences concernant à la fois le sommeil et les dysfonctionnements de l’appareil manducateur.

Cette thérapeutique est à la fois simple, réversible et d’un coût modéré par rapport à la PPC ; en revanche, il n’est pas possible à ce jour de prédire l’efficacité du dispositif avant sa mise en œuvre.

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) est un trouble du sommeil extrêmement fréquent puisqu’il concerne de 4 à 7% de la population adulte.Le médecin généraliste es en première ligne pour identifier cette pathologie encore insuffisamment prise en charge.

Qu’est ce que le syndrome d’apnée obstructive du sommeil ?

Le syndrome apnée du sommeil représente environ 60% des consultations du sommeil.L’apnée obstructive du sommeil est caractérisée par la survenue répétitive, au cours du sommeil,d’obstructions respiratoires complètes (apnée) ou partielles (hypopnées) des voies aériennes supérieures. Cette obstruction est dûe à  un relachement des tissus mous qui provoquent un collapsus au niveau du pharynx. L’apnée est un arrêt du flux aérien de plus de 10 secondes.

Comment se manifeste l’apnée du sommeil ?

Ces apnées et hypopnées vont très souvent provoquer des microéveils limitant le temps de sommeil récupérateur (sommeil lent et sommeil paradoxal) Il n’y a pas de profil type du patient apnéique, cependant des facteurs anatomique et ou hygiène de vie peuvent augmenter le risque.

Quels sont les facteurs qui favorisent les apnées ?

Parmi les facteurs anatomiques qui favorisent ces phénomènes d’obstruction partielle ou complète,on compte une luette allongée, un voile du palais épais.

Comment l’hygiène de vie influence-t-elle l’apnée du sommeil ?

L’hygiène de vie peut aussi influencer l’évolution du syndrôme, ainsi qu’une surcharge pondérale, le tabagisme, la prise d’alcool en soirée sont autant de  facteurs favorisant le SAOS .En effet, prise de poids alcool et tabac diminuent le tonus des tissus du pharynx pendant la nuit et donc, favorisent les  obstructions respiratoires.

Quels sont les symptômes des apnées ?

Les symptômes les plus fréquents sont :

  • Le ronflement, produit par la vibration du voile du palais et des tissus mous du pharynx.
  • Des arrêts respiratoires pendant la nuit, signalés par le conjoint.
  • L’hyper somnolence et la fatigue pendant la journée,  La polyurie nocturne,Les céphalées matinales.

Quelles sont les conséquences des Apnées ?

Les conséquences les plus fréquentes liées au SAOS sont :

  • Des problèmes cardio-vasculaires
  • De l’Hypertention artérielle
  • Des troubles du comportement
  • Des accidents de la route et du travail